eMouaten
Maroc. Revue de presse quotidienne du 19/11/2020

MAP

Revue de presse quotidienne

Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi :

Aujourd’hui le Maroc :

• Bientôt une grande mosquée à El Guerguarat. Le ministère des Habous et des Affaires islamiques va ériger une grande mosquée au poste-frontière El Guerguarat, pour un coût estimé à 8,8 millions de DH. Les travaux de construction de cette mosquée, qui ouvrira ses portes devant les fidèles dans 12 mois, ont été lancés mercredi par le gouverneur de la province d’Aousserd, Abderrahaman El Jaouhari, à l’occasion du 65ème anniversaire de l’indépendance du Royaume. Ce projet, qui sera réalisé sur une superficie de 3767 m2, comprend une salle de prières pour hommes et une autre pour femmes, des salles d'ablution, un minaret et un logement pour l’imam. Dans une déclaration à la MAP, le délégué du ministère des Habous et des Affaires islamiques dans la région Dakhla Oued Eddahab, Abdelkader Alioui a indiqué que la construction de cette mosquée répond au souci de permettre aux fidèles d’accomplir leurs devoirs religieux dans de bonnes conditions et d’accompagner la dynamique de développement urbain que connaît le poste-frontière El Guerguarat et la commune de Bir Guendouz.

• La guerre déclarée aux chauffards. C’est l’un des principaux facteurs de risque sur les routes. L’excès de vitesse continue de faire des ravages. Les autorités comptent déclarer la guerre sur les routes aux chauffards. Dans ce sens, pas moins de 140 radars mobiles et plus de 140 radars fixes ont été mis à la disposition, cette année, à chacun des organes de contrôle routier de la Sûreté nationale et de la Gendarmerie Royale. C’est ce qu’a révélé, le ministre de l'Équipement du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara, lors d’une cérémonie organisée en marge de la tenue de la 2ème session du Conseil d’administration de l’Agence nationale de sécurité routière (NARSA). Les nouveaux engins de contrôle permettent de vérifier le respect par les automobilistes de la vitesse autorisée et de constater les infractions commises jusqu’à une distance totale de 2 km.

L’Economiste :

• Immobilier : le marché efface quasiment le passage à vide du 1er semestre. Les dégâts de la pandémie du Coronavirus sur le pouvoir d'achat des ménages a fait craindre des reports ou annulations massifs des projets immobiliers. Après l'effondrement des transactions entre avril et juin en raison du confinement, elles se sont nettement redressées au troisième trimestre, revenant pratiquement à leur niveau d'avant-crise. Elles ont bondi de 117% sur les trois mois confirmant les premiers retours du terrain en juillet. “Il n'y a pas eu d'annulations massives des préventes. De nombreux acquéreurs ont finalisé leurs transactions à la sortie du confinement”, avait confié au journal, Idriss Bensmail, membre du directoire, directeur général adjoint BMCI. Malgré le sursaut, l'activité reste 9,5% en dessous de son niveau au troisième trimestre 2019.

• Cluster solaire : une caravane régionale pour démocratiser les EnR. C’est dans la région Souss Massa que le Cluster Solaire a choisi de tenir sa première caravane. Objectif : sensibiliser et encourager les industriels et agriculteurs de la région à recourir aux énergies renouvelables pour réduire leur facture énergétique, mais aussi pour améliorer leur compétitivité. L'idée-phare est de diffuser l'information sur les dernières technologies solaires ainsi que leurs avantages, et de corriger les perceptions. En effet, le potentiel des EnR est énorme et les champs d'application sont multiples, du tertiaire à la métallurgie, en passant par l'agroalimentaire, l'automobile. Plus encore, il existe des mécanismes de financement vert pour aider à la transformation. Les banques ont mis en place des lignes de crédits dédiés aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique dont une partie est financée par les bailleurs internationaux. 

Maroc le Jour : 

• Cliniques privées : la demande d'un chèque de garantie est illégale. La demande d'un chèque de garantie dans les cliniques privées est une pratique illégale, a affirmé le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb. En réponse à une question orale sur "la demande de chèques de garantie dans les cliniques privées" présentée par le groupe de l'UMT à la Chambre des conseillers, Ait Taleb a souligné que sur le plan juridique, il est interdit pour la clinique, en cas de tiers payant, de demander aux personnes assurées ou à leurs ayants droit une garantie en espèces, par chèque ou tout autre moyen de paiement en dehors de la part restant à leur charge, en vertu de l'article 75 de la loi 131.13 relative à l'exercice de la médecine. Il a dans ce sens expliqué que conformément à l'article 316 du Code du commerce,"toute personne, en connaissance de cause, qui accepte de recevoir ou d'endosser un chèque à la condition qu’il ne soit pas encaissé immédiatement et qu’il soit conservé à titre de garantie, est punie d’un emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 2.000 à 10.000 de DH".

• MRE : vers la mobilisation de 10.000 compétences à l’horizon de 2030. La ministre déléguée chargée des Marocains résidant à l'étranger (MRE), Nezha El Ouafi a indiqué que son département a élaboré un projet de programme national pour déceler les compétences marocaines résidant à l'étranger, en vue de mobiliser 10.000 cadres à l'horizon de 2030. Quelque 17% des MRE ont reçu une formation de haut niveau et sont titulaires de diplômes supérieurs, a précisé Mme El Ouafi qui répondait à une question centrale sur "la mobilisation des compétences spécialisées parmi les Marocains du monde" à la Chambre des conseillers. La priorité du ministère est d'assurer un changement en termes de mobilisation des compétences et d'institutionnalisation de cette initiative à travers le renforcement de la contribution de la communauté marocaine, en tant que compétences, aux divers chantiers nationaux initiés sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, a-t-elle ajouté.

Libération : 

• Défis et opportunités de la région MENA : Le Maroc s’en sort plutôt bien. L'économie marocaine s'en sort bien malgré la crise liée à la Covid-19, c'est ce qui ressort de l'étude établie par l'Arab Petroleum Investments Company (APICORP), intitulée "Le secteur de l'énergie et les économies du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord après 2021" et consacrée aux opportunités et aux défis économiques dans la région résultant de l'apparition de la pandémie de coronavirus. Selon cette étude, le Maroc a réussi à maintenir sa note d'investissement avancée par “Standard & Poor's”, alors que les efforts de relance économique dans d'autres pays restent lourdement empreints de risques, en particulier pour ceux qui mettent en œuvre des projets de reconstruction ou connaissent une instabilité prolongée. Le Maroc a réussi également, selon la même source, à émettre des obligations d'une valeur d'un milliard d'euros, pour être les premières obligations souveraines libellées en euros à être proposées dans la région du Moyen Orient et de l'Afrique du Nord en 2020 à ce jour.

• El Guergarat : La Zambie salue l'action pacifique et décisive du Maroc. Le gouvernement de la République de Zambie salue "l'action pacifique et décisive» prise par le Royaume du Maroc pour assurer la libre circulation des marchandises et des personnes dans la zone tampon d'El Guergarat, indique un communiqué du ministère zambien des Affaires Etrangères. «Le Gouvernement de la Zambie soutient pleinement la libre circulation du trafic commercial et civil dans cet important corridor", souligne le ministère, notant «suivre avec une profonde inquiétude les évolutions émanant de la zone tampon». Le Ministère zambien des Affaires Etrangères a également réitéré son soutien et «sa reconnaissance de l'intégrité territoriale du Royaume du Maroc». Il a de même souligné l'importance des efforts entrepris par le Royaume pour parvenir à "une solution pacifique et durable du conflit avec le soutien des Nations Unies, comme indiqué explicitement dans les résolutions du Conseil de Sécurité".

Al Ittihad Al Ichtiraki : 

• El Guerguarat : La France salue l'attachement du Maroc au cessez-le-feu. La France a salué l'attachement du Maroc au cessez-le-feu, suite à l’initiative du Royaume visant à rétablir la libre circulation des biens et des personnes dans la zone-tampon d'El Guerguarat. "La France salue l'attachement du Maroc au cessez-le-feu. Celui-ci doit être préservé, de même que le processus politique doit être relancé dans le cadre des Nations unies", a déclaré la porte-parole du Quai d’Orsay. La France "suit avec attention les événements de Guerguerate", a souligné la porte-parole du ministère des affaires étrangères, rappelant que son pays "a exprimé publiquement sa préoccupation quant au blocage de ce point de passage et rappelle l'importance de la liberté de circulation des biens et des personnes dans la zone". Soulignant que la France "prend acte des mesures prises par le Maroc", elle a fait savoir que le ministre de l'Europe et des affaires étrangères "reste en contact avec ses homologues dans la région".

Al Ahdath Al Maghribiya : 

• Vaccination anti-Covid: "très positifs", les résultats des essais cliniques démontrent l'efficacité du vaccin attendu. Les résultats des essais cliniques auxquels ont participé 600 volontaires marocains se sont avérés "très positifs" et révèlent la sécurité, l'efficacité et l'immunité du vaccin attendu anti-Covid19. En réponse à une question orale sur "la participation marocaine aux essais cliniques pour parvenir à un vaccin contre la pandémie du coronavirus" présentée par le groupe de la Justice et du développement à la Chambre des conseillers, le ministre a expliqué que "tous les indicateurs affirment que les essais cliniques ont permis d'obtenir des résultats positifs, confirmant la sécurité, l'efficacité et l'immunité du vaccin sur lequel le Royaume a misé sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI". La convention-cadre signée pour participer aux essais sur le vaccin ouvre la voie pour le transfert au Maroc d'expertises en la matière surtout que, "pour la première fois dans l'histoire, sont menés des essais cliniques sur un vaccin contre le coronavirus", a-t-il indiqué, notant que ce vaccin sera produit au Maroc dans un futur proche.

Rissalat Al Oumma : 

• PLF-2021/Immobilier: des amendements bien accueillis par les professionnels. La Chambre des représentants a adopté à la majorité, vendredi dernier, le projet de loi de finances (PLF) au titre de l'exercice 2021, après l'introduction d'une série d'amendements, dont deux concernant le secteur immobilier. Ces nouvelles mesures prévues par ce projet de loi de finances ont été bien accueillies par les professionnels de ce secteur qui guettent la moindre lueur d'espoir pour une véritable relance. Le premier amendement, qui constitue la continuité de la mesure prise en juillet dernier, porte sur la prolongation, jusqu'au 30 juin 2021, de la réduction des droits d'enregistrement au profit des acquéreurs de logements et l'augmentation du montant de la base imposable à 4 millions de dirhams (MDH) au lieu de 2,5 MDH. Le second, lui, prévoit l'extension du bénéfice de l'exonération au profit des Organismes de placement collectif immobilier (OPCI) pour concerner également les locations à usages d'habitation.

Al Yaoum Al Maghribi : 

• Ait Taleb : 80% des ressources humaines sont centrées dans certaines régions. Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb a estimé que le déficit en ressources humaines nécessite une révision du système de Santé. Après avoir appelé à repenser le système sanitaire au Royaume dans sa globalité, Ait Taleb a souligné qu'il est nécessaire de poursuivre la répartition équitable des postes, puisque 80% des ressources humaines sont centrées dans certaines régions. La gouvernance en matière de santé doit se baser sur des fondements liés notamment à l'élaboration d'un programme médical régional, a-t-il estimé, expliquant à cet égard que l'approche régionale se veut le seul moyen à même d'assurer le succès du système de santé.

Al Alam :

• Casablanca Finance City et le Belgian Finance Center scellent un partenariat. Casablanca Finance City (CFC) a annoncé la signature d'un partenariat avec le Belgian Finance Center (BFC) établissant les bases d'une coopération durable en vue de promouvoir les opportunités d'investissement entre la Belgique, le Maroc et l'Afrique. Cet accord entre l'autorité en charge de la promotion et du pilotage de la place financière marocaine et l'entité faisant la promotion et le développement de la place financière belge, fournira dans ce cadre une plate-forme d'échange en vue d'encourager les meilleures pratiques et le partage de connaissances dans les domaines du financement des PMEs et de la gouvernance d’entreprise, indique CFC dans un communiqué. Ce partenariat vise également à faciliter le partage d'informations et d'expertises entre les deux entités afin de développer une coopération efficace, précise la même source. 


commentaires (0)
Nouveau commentaire :


eMouaten - Bulletin marocain de veille informationelle